La participation consciente

Qu’est-ce que c’est ?

La participation consciente (PC) est une méthode alternative de rémunération. C’est un mode d’échange qui fait appel à une réflexion individuelle et collective sur la valeur de l’argent et notre rapport à lui.

Pourquoi avons-nous choisi ce modèle ?

Depuis sa naissance, le Réseau Transition Suisse Romande fonctionne principalement avec ce modèle économique qui change la donne.

Les questions d’argent et de richesse sont au cœur de nos réflexions sur la Transition. Nous cherchons à expérimenter des modèles économiques qui soient cohérents avec notre vision et notre volonté de contribuer à de nouveaux rapports économiques dans la société.

Ainsi, la participation consciente contribue au changement de paradigme. Elle propose et ouvre donc une voie de questionnements dans notre rapport à l’argent et dans notre façon d’échanger nos richesses. Elle interroge ce que nous sommes prêts à donner et à recevoir.

Cette forme de paiement nécessite un haut niveau de conscience tant pour être proposée que pour être pratiquée. Elle est une expérience directe, et non une théorie, pour chacun·e d’entre nous. Parfois inconfortable, elle offre potentiellement un chemin de transformation individuelle et collective.

En vous proposant l’échange conscient, notre intention est triple :

  • Offrir nos services à une grande diversité d’acteurs et d’actrices en invitant chacun·e à contribuer à hauteur de ses moyens. Dans une société où sont présentes de fortes inégalités de revenus, elle permet la solidarité entre les participants·es à une même formation et une responsabilisation collective. Elle nous permet aussi de sortir d’un système de consommation à prix unique, car chacun·e connaît le mieux ses moyens.  Nous avons confiance qu’une forme d’équilibre dans le groupe nous permette d’atteindre un montant global qui soit juste.
  • Contribuer à faire émerger de nouveaux modèles économiques dans la société, basés sur plus d’équité, de coopération et de transparence en lien avec la raison d’être du Réseau Transition. Au service de cet objectif, la participation consciente sert à questionner et nous questionner sur la valeur donnée au travail et aux richesses que nous nous échangeons.
  • Faire vivre des valeurs et des postures fondamentales de notre vision de la Transition, telles que la co-responsabilité, la transparence, la souveraineté et la confiance.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Nous souhaitons expérimenter ce modèle économique afin de rémunérer :

  • notre travail d’animation, de préparation et d’approfondissement ;
  • la formation continue de l’équipe de formation ;
  • et de façon plus générale, l’ensemble du travail pédagogique réalisé par le Réseau Transition Suisse Romande afin que ces formations puissent exister et atteindre le niveau de qualité que nous souhaitons (participation à différentes rencontres, formations et ateliers suivis, traduction, achat de ressources bibliographiques, etc.).

En outre, les frais relatifs aux coulisses de la formation sont regroupés dans les frais de base qui sont fixes et vous sont annoncés en inscription (communication, location, matériel, traitement des inscriptions). Les frais de base ne sont pas concernés par la participation consciente. La participation consciente concerne donc uniquement le paiement des formateurs·trices professionnel·les.

 Les 4 règles de la participation consciente

C’est la somme, en francs ou en euros, que vous souhaitez ou pouvez donner, en conscience pour ce que vous avez vécu et reçu. Aucun prix ne sera donc exigé ou proposé, mais la participation est obligatoire.

La remise se fait à la fin de l’expérience de façon non-anonyme (dans le cas d’une formation en ligne, la PC sera réalisée via la messagerie instantanée). Pourquoi le non-anonymat ? C’est une manière pour que chacun·e assume pleinement ce qu’il ou elle peut ou veut donner, une manière de parler en « je ». 

Elle fait toujours l’objet d’un temps d’explication en début et en fin d’expérience.

 

Le montant total récolté, la moyenne, le montant le plus bas et le plus haut seront annoncés en fin d’atelier.

 

    Éléments à prendre en compte

    Il y a 4 dimensions principales à prendre en compte pour déterminer le montant de la participation que vous souhaitez donner :

    vos ressources et possibilités financières ;

    la situation de l’association et de son équipe (des travailleur·euses professionnel·les qui souhaitent offir des formations accessibles économiquement et en vivre), et votre envie de les soutenir.

     

    Les prix pratiqués sur le marché de la formation ; pour une certaine base de référence.

     

    Votre vécu de la formation et le travail réalisé avant, pendant et après la formation.

     

    Conscient oui, mais de quoi ?

    Afin de vous permettre de définir un montant en conscience de votre réalité et de la nôtre, voici quelques informations à notre propos. Ces informations ont pour but de nourrir votre réflexion interne quant à une contribution financière et d’ouvrir de nouveaux questionnements.

    • Dans son espace formation, le Réseau Transition est une association qui fonctionne entièrement sur base des contributions financières des participant·es, sans subsides.
    • Notre travail comprend une partie visible ainsi qu’une partie invisible, comprenant notamment la préparation de nos interventions, des moments d’intervision, de supervision, de formation et de coordination interne.
    • Nous intervenons aussi régulièrement de manière bénévole dans des collectifs ou projets sans financement, mais qu’il nous semble important de soutenir.
    • Nous travaillons avec le secteur associatif et non marchand, avec des acteurs publics ou de l’éducation, avec des collectifs citoyens, des coopératives ou des structures de l’économie sociale, avec des maisons de quartier et des structures du travail social, ainsi que des acteurs politiques. L’ensemble de ces acteurs et actrices constitue un écosystème relié par le système solidaire de la participation consciente.
    • Une évaluation de nos besoins financiers nous a permis de constater que nos interventions devraient être facturées en moyenne 164 francs par heure de facilitation et par facilitateur·ice pour que nous puissions être financièrement viables. En effet, nous payons les formateur·ices 60 francs brut, à cela s’ajoute 3 francs de charges sociales patronales. A cela s’ajoute, 19 autres francs qui correspondent à l’objectif de 30 % de gains pour l’association pour participer à sa survie dans le long terme. Il nous faut donc au minimum 82 francs par heure. Cela ne tient pas compte de la préparation. Si on prend le rapport d’une heure de préparation pour une heure de formation cela fait 164 francs. Ce montant représente nos besoins et non pas le prix demandé. Cela fait intégralement partie du système de la participation consciente que nos interventions soient valorisées par des montants plus faibles ou plus élevés que ce montant. Nous vous encourageons donc à ne pas nous payer 164 francs à l’heure de facilitation, mais plus ou moins en fonction de vos moyens et des autres critères importants pour vous. Vous pouvez donc payer le double ou la moitié, le triple ou le tiers…
    • Nous tenons à insister sur le fait que ce montant reste indicatif pour aider les personnes ou collectifs qui font appel à nous à définir le montant de leur participation consciente. Ce montant indiqué n’a pas pour but de vous aider à « viser juste ou le plus proche possible », mais bien pour que celles et ceux qui peuvent payer plus paient plus (un peu, beaucoup, passionnément…) et que ceux qui ne peuvent pas payer autant paient (un peu, beaucoup…) moins.
    • Si vos moyens sont limités, nous vous encourageons aussi à vous renseigner activement sur les possibles fonds de soutien aux formations existantes ou les mécénats et à inclure ces montants dans votre échange conscient.

    Jusqu’à aujourd’hui, nous célébrons ce modèle et le travail de Transition intérieure que cela nous apporte. Bien sûr, ce modèle économique est évolutif.

    Témoignage

    Voici une vidéo éclairante faite par nos ami·es de l’Université du Nous, pionniers et pionnières de ce nouveau modèle économique.