Démarrer une initiative

Schématiquement, lancer une initiative de transition peut se découper en trois phases :

Préparation,

à l’issue ou pendant laquelle se créer le groupe de départ ;

Sensibilisation,

à l’issue de laquelle le groupe de départ se dissout pour laisser place à un groupe de pilotage plus large et représentatif de la population ;

Action.

Des exemples d’actions à mettre en place

Le concept de transition propose une démarche et des outils pour  rassembler les gens et pour avancer ensemble vers un but. Mais,   concrètement, quelles actions peuvent être entreprise pour faciliter la   transition ? Nous nous concentrerons ici sur les actions collectives.  Une chose est certaine : rien ne réussira sans l’implication active des   acteurs économiques (agriculteurs et entreprises, voir plus bas) et,   bien sûr, des collectivités locales et des services de l’état (voir plus   bas) et des agences bancaires.

Multiplier et amplifier les circuits courts

Un circuit court est un circuit de vente qui fonctionne avec le moins d’intermédiaires possibles, sur une base régionale ou locale. Un circuit court peut relier des individus (producteurs et consommateurs), des entreprises et des commerces, des collectivités et des entreprises, etc. Lorsque l’ensemble d’une filière fonctionne en partie ou totalement ainsi, on parle de filière courtes.

Leur intérêt est de relier entre eux les acteurs économiques locaux
  et de conserver une partie de la richesse et des emplois du territoire à
  l’intérieur de celui-ci, de valoriser ses ressources et son potentiel
  humain.

Se déplacer autrement

  • Partager une voiture à plusieurs familles ou en association : c’est l’autopartage.
  • Circuler à plusieurs dans une même voiture sur un même trajet : c’est le covoiturage.
  • Utiliser et améliorer les transports en commun (plus difficile à la campagne).
  • Développer les parkings à vélo (villes ou gros bourgs).
  • Regrouper ses déplacements, éviter les déplacements inutiles.

Recycler et échanger

Le déchet de l’un est la matière première de l’autre. Le recyclage s’est beaucoup développé ces dernières années, mais il est encore lié à de transports à longue distance. L’idéal est de recycler ou de réutiliser sur place ou à proximité, y compris certains matériaux de construction (plus facile avec les matériaux écologiques). Une centrale d’échange, où les particuliers déposent leurs objets et que d’autres peuvent récupérer, est une excellente alternative à la mise en décharge ou au transport lointain pour recyclage.

Les sept « Mais »

Si vous êtes arrivés  jusqu’ici, c’est que vous pensez qu’une Initiative de Transition
  pourrait être appropriée à votre communauté.

Les 12 étapes vous donneront un plan de route pour cette aventure, « mais » avant cela vous devrez vous confronter aux obstacles préalables (réels et imaginaires) qui vous attendent. Nous les appelons « Les 7 Mais ».

Mais nous n’avons pas d’argent

Mais ils ne nous laisseront pas faire…

Mais il y a déjà des groupes écologistes dans cette ville, je ne veux pas marcher sur leur platebandes

 

Mais personne ne se soucie de l’environnement dans cette ville…

 

Mais il est sûrement trop tard pour faire quelque chose…?

 

Mais je n’ai pas les qualifications…

 

Mais je n’ai pas l’énergie pour faire ça !

 

Douze ingrédients de la Transition

N°1. Mettre en place un groupe de pilotage et planifier sa dissolution, dès le départ

Il s’agit de mettre en place une équipe de base pour piloter le projet durant les premières phases.

 

N°2 Sensibilisation

Cette étape vous permettra d’identifier vos alliés clé, de construire des réseaux les
  plus essentiels et de préparer la commune en général au lancement de votre Initiative de Transition.

N°3 Jeter les fondations

Il est temps de se mettre en réseau avec les groupes et activistes existants, d’exposer clairement le fait que l’Initiative de Transition est destinée à incorporer leurs efforts passés et futurs, en regardant l’avenir avec une nouvelle approche. Tout en reconnaissant et en faisant honneur au travail qu’ils accomplissent, insistez sur le fait qu’ils ont un rôle vital à jouer.

N°4 Organiser un Grand Déchaînement

Cette étape permet de créer un évènement mémorable qui marquera le « passage à l’âge adulte » de votre projet, d’impliquer une large partie de la commune, de donner
  l’élan nécessaire pour propulser votre Initiative dans les phases à venir, et de fêter le désir de votre commune de passer à l’action. En termes de timing, nous estimons que le mieux est de s’y prendre entre six mois et un an après votre première projection de sensibilisation.

N°5 Former des groupes de travail

Une partie du processus de développement d’un Plan d’Action de Décroissance Énergétique est à puiser dans le génie collectif de la commune. Pour cela, le point crucial est de créer des groupes plus petits qui se concentrent sur des aspects spécifiques du processus. Chaque groupe développera ses propres façons de travailler et ses propres activités, tout en restant en lien avec le projet dans son ensemble. 

N°6 Utiliser des forums ouverts

Il nous semble que le principe du forum ouvert est une approche très efficace pour mener des réunions d’Initiatives de Transition.

N°7 Développer des manifestations pratiques et visibles de votre projet

Il est essentiel que vous évitiez toute représentation de votre projet comme une simple boutique à palabres où les gens s’assoient en rond et font des listes de vœux pieux. Votre projet a besoin, dès le début, de créer dans votre commune des manifestations pratiques et très visibles. Cela améliorera de manière significative la perception qu’auront les gens du projet et augmentera aussi leur volonté de participer.

N°8 Stimuler la Grande Requalification
Si nous devons répondre au pic pétrolier et au changement climatique en baissant notre consommation d’énergie et en relocalisant notre commune, alors nous avons besoin des nombreux savoir-faire acquis par nos grands-parents. Une des choses les plus utiles que peut faire une Initiative de Transition est d’inverser la « Grande Déqualification » de ces 40 dernières années en proposant d’apprendre une bonne partie de ces savoir-faire.

N°9 Créer un pont avec la municipalité

Quel que soit le degré de mobilisation que votre Initiative de Transition parvient à générer, quel que soit le nombre des projets concrets que vous avez entrepris et aussi merveilleux que soit votre Plan de Descente Énergétique, vous ne progressez jamais très loin sans cultiver une relation positive et productive avec les autorités locales. Qu’il s’agisse de questions de planification, de financement ou de fournir des contacts, vous en aurez besoin. Contrairement à ce que vous imaginez, il se pourrait bien que vous vous retrouviez en train d’enfoncer une porte ouverte.

N°10 Honorer les Anciens

Pour ceux d’entre nous qui sont nés dans les années 60 lorsque le baril bon marché était en plein boom, il est difficile de se représenter une vie avec moins de pétrole. A chaque année de ma vie (en dehors des années de crise des années 70), la consommation d’énergie n’a fait qu’augmenter par rapport à l’année précédente.

N°8 Stimuler la Grande Requalification
Si nous devons répondre au pic pétrolier et au changement climatique en baissant notre consommation d’énergie et en relocalisant notre commune, alors nous avons besoin des nombreux savoir-faire acquis par nos grands-parents. Une des choses les plus utiles que peut faire une Initiative de Transition est d’inverser la « Grande Déqualification » de ces 40 dernières années en proposant d’apprendre une bonne partie de ces savoir-faire.

N°12 Créer un Plan de Descente Energétique

Chaque groupe de travail aura déjà été orienté vers des actions pratiques pour accroître la résilience de la commune et réduire son bilan carbone. Ensemble, les mesures qui en résulteront formeront le Plan d’Action de Descente Énergétique (PADE). C’est là que le génie collectif de la commune aura conçu son propre avenir, pour prendre en compte les menaces potentielles du pic pétrolier et du changement climatique.