Pour assurer le fonctionnement du hub et selon les principes de gouvernance partagée, nous avons décidé de nous répartir certains rôles ayant chacun des redevabilités.

Noémie Cheval

Noémie Cheval

Anthropologue, Noémie a commencé son apprentissage par l’éducation populaire, le travail communautaire de jeunesse et la pédagogie non-formelle. Militante associative, elle a particulièrement travaillé à l’inclusion et à la justice sociale.

Passionnée par les enjeux de l’éducation politique permanente, elle travaille aujourd’hui comme formatrice, design-euse de formation et facilitatrice d’écopédagogie. Elle vit son engagement citoyen en accompagnant des groupes et des personnes sur le chemin de la transition et de la permaculture sociale. Ses méthodes préférées: le Travail qui relie, la gouvernance partagée, l’intelligence coopérative, l’apprentissage auto-dirigé et “l’art d’accueillir des conversations qui comptent”.

 

Edwyge Souillard

Edwyge Souillard

Diplômée en Gestion d’Entreprise et en Communication & Marketing Digital, Edwyge est passionnée par la communication mais surtout par les Êtres humains.

Elle énergise les rôles  Communication, Soutien RH, Inscriptions, Deuxième lien au sein du Réseau Transition Suisse romand.

David Dräyer

David Dräyer

Informaticien, artiste et formateur en gouvernance partagée, David est engagé depuis 2009 dans le mouvement de la transition et des alternatives sociales. Co-fondateur du Réseau Transition Valais, du SEL de Sion, de la monnaie locale “le Farinet”.
Dans le cadre de ces projets aventureux, il cherche à mettre ses compétences diverses au service d’un monde enviable, respectueux de tous et toutes. Aujourd’hui, c’est l’exploration de comment travailler ensemble avec efficience, dans le respect de soi et des autres qui est son fer de lance, que ce soit dans son métier ou ses engagements associatifs.
Au sein du réseau il énergétise le rôle Gouvernance en tant que bénévole.
Martin Gunn

Martin Gunn

Quand il entre à l’EPFL, Martin est (encore) convaincu que les nouvelles technologies permettront de sauver le monde. Puis il réalise que, non seulement on ne « sauve pas le monde », mais encore moins en fabriquant des robots. Après deux ans en tant qu’ingénieur R&D dans l’horlogerie, il part voyager à vélo, va expérimenter la permaculture en Espagne et rejoint ensuite le Réseau Transition Suisse Romande, d’abord comme bénévole, puis stagiaire et aujourd’hui comme employé.
Végétalien depuis 2014, il poursuit tant bien que mal un idéal de vie minimaliste et zéro déchet. Pour le reste, ce coursier à vélo sirote simplement la vie.
Il énergise le rôle recherche de fonds-créateur d’abondance.