Phrases ouvertes pour un Nettoyage de printemps

Intention : permettre aux participant·es d’exprimer facilement, simplement et accueillir les ressentis face à l’état du monde.

Durée : env. 30 minutes

Déroulé :

Les participant·es sont assis·es deux par deux, face à face et suffisamment proches pour être pleinement présent·es l’un·e à l’autre. I·elles se retiennent de parler jusqu’à ce que l’exercice commence. L’un·e est le-la partenaire A, l’autre le-la partenaire B. On peut déterminer facilement qui est A et B, par exemple en décidant que la personne qui a les cheveux les plus longs est A, et c’est elle qui commence.

Une fois tout le monde installé, la personne qui facilite va prononcer la première phrase inachevée ci-dessous. Les participant·es A vont répéter ce début de phrase et la compléter librement, spontanément, avec leurs propres mots, en s’adressant à B, pendant le temps alloué. Les partenaires B écoutent activement, en silence total (insistez là-dessus !) et aussi attentivement que possible pour le-la soutenir. À la fin du temps alloué, la personne qui facilite prononce la seconde phrase, et ce sont toujours les personnes A qui parlent et les B qui écoutent. Et ainsi de suite.

Une fois les 3 phrases exprimées par A, la personne qui facilite les invitent à s’exprimer ce qu’i·elles désirent (gratitude, ressentis, etc), mais sans mots. Puis, les rôles s’intervertissent. Ce sont les personnes B qui parlent et les personnes A qui écoutent en silence. Et à nouveau, après les 3 phrases, les partenaires sont invité·es à exprimer ce qu’i·elles désirent, sans aucun mot. Enfin, un temps peut être consacré en duo, et/ou en grand cercle, pour partager autour de cet exercice.

Consignes pour la personne qui facilite l’exercice : 

Le temps alloué pour chaque phrase est de 2 minutes. Donnez un bref signal pour indiquer qu’il est temps d’arrêter en disant « Merci de terminer votre phrase… ». Vous pouvez ensuite faire sonner une petite cloche, frapper dans vos mains ou chanter une brève mélodie pour ramener les personnes au silence. Invitez les personnes à prendre quelques respirations pour accueillir ce qui a été partagé, puis passez à la phrase suivante.

L’écoute active, en silence total, n’est pas habituelle. Insistez sur l’importance de ce point, et n’hésitez pas à le rappeler en cours d’exercice. De même, il n’est pas habituel de s’exprimer en continu, spontanément. Il peut arriver que rien ne vienne, et que le silence s’installe, ce qui n’est pas toujours confortable. Pensez alors à dire : « si rien ne vient, vous pouvez répéter à nouveau le début de phrase et laisser émerger ce qui est vivant. Si le silence s’installe, cela est juste aussi. Accueillez le silence, en restant dans cette même qualité de présence ».

Quand j’observe à cette année écoulée, ce que je vois, c’est...

Quand je pense à tout cela, je me sens...

Une perspective d’avenir qui m’inspire et me donne de l’espoir, c’est...

Résumé du processus :

  1. S’asseoir en couples et attribuer les rôles A et B
  2. La personne A parle et B écoute
  3. Phrase 1 (2’)
  4. Phrase 2 (2’)
  5. Phrase 3 (2’)
  6. A et B s’expriment un ressenti non verbal
  7. La personne B parle et A écoute
  8. Phrase 1 (2’)
  9. Phrase 2 (2’)
  10. Phrase 3 (2’)
  11. A et B s’expriment un ressenti non verbal
  12. Partage libre en couple ou en cercle (10’)