Et si nous organisions un week-end de la Transition à Vevey ?

Récit d’une réussite collective

 

Sebastian Justiniano Birchler
Vevey, le 23 octobre 2020

Il est 20 heures passées ce vendredi 17 octobre. Depuis 9h le matin, nous avons fait de notre mieux pour que tout se déroule bien. Colin, Fabrice, Arwen, Sélien, Jenni et moi sommes encore au Marronnier et nous prenons du temps pour partager notre ressenti sur cette journée intense et inoubliable que nous avons vécue.

Le pouvoir de la rencontre

Tout a commencé par un courriel de Florent, suivi de la rencontre avec Colin, Fabrice, Maude et Sylvie début juillet. Assis sur l’herbe d’un parc veveysan, en quête d’ombre, une question trotte alors dans nos têtes et nos cœurs : et si nous accueillions la 3ème journée romande de la Transition du Réseau Transition Suisse Romande à Vevey le dimanche 18 octobre ? La décision est prise de se lancer dans cette aventure, alors que nous venons de nous rencontrer. Le feeling et les énergies sont là, nous sentons que nous pouvons le faire ensemble. Il paraît que le bon moment, c’est toujours maintenant. Nous allons voir si cela est vraiment vrai.

Première urgence : trouver un lieu pouvant accueillir une quarantaine de personnes. Différentes pistes, aucune pour donner satisfaction : une salle est trop petite, une deuxième indisponible alors qu’une dernière est trop chère. Que faire ? Et si nous organisions cela dans le futur local d’epicoop et dans Le Marronnier – local adjacent dédié à la Transition qui est sur le point d’ouvrir ? Mi-août, nous avons un lieu. Mission réussie ? Partiellement.

La Riviera en Transition : on se lance !

Enthousiastes, nous dessinons en effet un rêve encore plus ambitieux : Et si nous profitions de cet événement romand pour organiser notre propre événement régional au même endroit ? Et si nous avions un week-end de la Transition à Vevey ? Pour la troisième fois, nous expérimentons le pouvoir du « Et si… ? ». L’idée de la journée La Riviera en Transition pour le samedi 17 octobre est lancée. Reste à la réaliser, avec seulement deux mois devant nous, sans financement extérieur et en présence de cette invitée capricieuse et non désirée : la covid-19. Toutes les conditions sont donc bien réunies pour nous faciliter la tâche… 

Il nous faut aller de l’avant rapidement et définir plus précisément ce que nous voulons. Rassembler les initiatives et projets existants dans notre région, célébrer et valoriser tous ces engagements collectifs au service de la Transition et partager cela avec les habitant·es de la Riviera : nous tenons nos intentions. Alors que nous traçons les contours du programme, nous apprenons qu’à la même date est prévue l’inauguration du compost collectif du quartier. Et si nous réunissions nos démarches et travaillions ensemble pour donner de l’ampleur à nos efforts ? Bingo ! Nous avons un programme complet et nous sommes plus nombreux à le rendre possible : Arwen, Pierre-Gilles, Nathalie et Théo se joignent à nous.

Plus riches humainement, nous n’avons toujours pas un copek de financement. Et si nous faisions confiance à la générosité de participant·es  reconnaissant·es ? Nous prenons le risque. Nous limitons nos dépenses, obtenons du soutien matériel, mais finalement nous en avons malgré tout pour plusieurs centaines de francs. L’un de nous est prêt à mettre 200 francs de sa poche. Nous espérons que nous n’en aurons pas besoin.

Jour T à Vevey

Jour J ou plutôt Jour T pour Transition : ça y est, tout est en place. Il est midi et la météo est avec nous. Les tentes et les tables sont montées, le périmètre de sécurité délimité, les informations et les mesures covid-19 affichées, les désinfectants et les masques à portée de mains, le repas et les boissons en attente d’être servis et le stand d’accueil opérationnel. Quelques minutes s’égrènent et voilà que les premières personnes arrivent, puis d’autres et encore de nouvelles. C’est bon nous ne serons pas seul·es. Grand soulagement.

La journée se déroule comme prévue : elle commence par la convivialité d’un bon repas, suivie d’un temps de discours pour l’inauguration du Marronnier. Ensuite place à la bibliothèque humaine où cinq projets se racontent et à la Riviera en 2035 où par le dessin et l’écriture nous visualisons la Riviera que nous souhaitons. Un conte prend le relais et accompagne les participant·es au jardin collectif et à l’inauguration du compost collectif de la place Robin. Retour pour l’apéro. 

La force du « Et si… ? » et du pouvoir d’agir ensemble

A partir d’un simple « Et si… ? » et grâce aux 100 heures de bénévolat effectuées par 20 bénévoles, nos intentions sont devenues réalités. En tout, 150 personnes de tous âges et de diverses communes de la Riviera dont des représentants des autorités locales sont venues avec un pic de 80 personnes lors des discours, notre capacité maximale d’accueil. La collecte de fonds nous permet de couvrir nos frais. Nous sommes ravis, fiers et soulagés, aussi. Faire et se faire confiance pour faire de notre mieux a porté ses fruits. 

Il est 20 heures 30 en ce samedi 17 octobre. Je quitte le Marronnier avec de la gratitude pour toutes les personnes présentes et une profonde reconnaissance pour tous les bénévoles, en particulier pour le noyau à l’origine de cette aventure collective estampillée Réseau Transition Riviera (Colin, Fabrice, Maude, Florent et moi-même) et pour celles et ceux qui nous ont rejoints dans l’organisation (Arwen, Nathalie T. et Nathalie J., Pierre-Gilles, Théo). Le lendemain, je retourne sur place pour la 3ème journée romande de la Transition. Grâce à nous toutes et tous, la Transition en Suisse romande n’attend et ne s’arrête pas, heureusement. Et si tu prenais le relais bientôt ? 

Sebastian Justiniano Birchler

Ps : je partage volontiers plus d’informations avec les personnes et groupes intéressés à organiser un événement de ce genre dans leur région : sebastian@reseautransition.ch