Il était une fois un stage

J’ai eu l’opportunité de collaborer avec le Réseau Transition suite à la rencontre de l’équipe à la Journée de la Transition à 2021 Vully. Mon stage c’est fait dans le cadre du chômage. Le thème de mes 6 mois au réseau était « l’épuisement et le burn-out militant ».

C’est un bon thème pour moi, car c’est exactement ce qui me traversait à ce moment-là. Je venais de finir une formation en microferme et des stages en maraichage bio, car en pleine transition personnelle et professionnelle. J’ai vécu un burn-out en plusieurs phases, et j’avais besoin de faire une activité moins physique mais quand même en lien avec mes convictions. Ce stage a vraiment été une belle opportunité pour cela. Ce thème est encore plus approprié pour moi car je suis formé en psychologie du travail. Le fonctionnement du Réseau en gouvernance partagée était donc une super occasion de voir ces principes en action.

Ce stage m’a permis de voir une vue d’ensemble sur la transition écologique en Suisse Romande. J’ai participé à un questionnaire qui visait toutes les initiatives de transition que l’on pouvait trouver, donc j’ai bien passé des heures à chercher les projets – c’est beau de voir le foisonnement d’initiatives partout en Suisse ! Mais c’est aussi intéressant de constater que la plupart de ces projets sont à un stade très jeune, et donc requiert une bonne dose de bénévolat dans le système actuel. Ces projets ont besoins de ressources, ces graines doivent être bien arrosés !

De plus, j’avais mes propres graines d’idées quand j’ai rejoint le réseau – j’ai cofondé une initiative de transition locale à Lausanne qui s’appelle Graine Urbaine. Le but est de favoriser les liens et la coopération autour de l’agriculture urbaine et la nature en ville. On avait un projet de serre urbaine, mais qui avait de la peine à trouver un emplacement pour cette structure. J’ai eu accès à une conférence sur les circuits court alimentaires vaudois à Beaulieu, juste à côté de chez moi. Le Réseau avait été invité. C’est là que j’ai croisé des personnes qui démarraient un jardin urbain sur cette friche industrielle. Quel bonheur – un emplacement pour notre serre dans un cadre bien au centre de la ville, dans un bâtiment et en pleine mutation. Et oui, c’est grâce au Réseau Transition que ce projet a abouti ! Le réseau m’a ouvert la porte, il me suffisait de la franchir.

Avant mon arrivée dans le réseau, j’étais déjà intéressé par les courants de pensée qui synthétisent le savoir antiques, le savoir des peuples indigènes, et le savoir scientifique occidental… j’étais donc un candidat idéal pour découvrir le Travail Qui Relie (TQR). J’ai eu la chance de pouvoir coorganiser et participer à une retraite de 4 jours en France voisine dédiée à la pratique du TQR. C’est une expérience qui m’a marqué par son intensité. Je suis devenu fan de Joanna Macy ! Je me suis promis de passer le flambeau, de faire découvrir le TQR à d’autres personnes dans ma vie. Je pense que le TQR à un immense potentiel – je ne sais pas s’il doit être adapté pour être plus accessible au grand public, ou s’il faut juste plus de personnes formées dans la facilitation pour que ces pratiques sortent de l’obscurité. Dans tous les cas, je sais que le TQR fera dorénavant partie de ma vie. Petit à petit, je teste des pratiques avec mes amis, je fais des ateliers de plus en plus longs et complets… je commence un nouveau chemin.

Ce stage a été le commencement de plusieurs aventures, et pour cela je suis très reconnaissant. J’ai pu rencontrer une équipe de personnes à caractère authentique, bienveillantes, et qui m’ont accueilli avec compassion. Ce n’est pas toujours facile de travailler avec quelqu’un qui traverse un burn-out – et ils n’ont pas juste créé un espace pour passer un stage intéressant, ils ont pu me donner le cadre pour vivre une expérience transformatrice. Que puis-je demander de plus ?

Me voici donc avec une expérience avec la gouvernance partagée, un réseau plus étendu, une nouvelle serre urbaine à côté de chez moi, une pratique pour me relier aux autres et le vivant… et des nouveaux amis ! Un stage ce n’est pas qu’une étape pour décrocher un job à la fin… cela peut aussi être un trousseau de clés pour t’aider face aux portes qui se présentent à toi. Pour moi, c’était une expérience précieuse.

 

Philippe Michel, Vevey, Décembre 2022