Imagine Tour Plan B, c’est fait !

le 18 décembre 2020

Tout ne se passe pas toujours comme prévu. Et c’est parfois tant mieux, puisque cela nous permet de tester notre résilience et notre agilité (et un peu nos nerfs, aussi, hum…) L’Imagine Tour physique pour lequel nous nous étions tant réjoui·es a donc laissé place à un Imagine Tour virtuel que nous avons eu la joie de partager avec vous. Retour sur une semaine riche, conviviale et festive.

    2020, place aux repas en ligne

    Le lundi 30 novembre, nous avons eu la chance de partager un moment de convivialité avec Rob Hopkins et les initiatives engagées dans l’organisation de l’ImagineTour 2020.

    Comment en sommes-nous arrivé·es à ce repas digital ?

    Afin de célébrer tout ce qui a été fait pour l’organisation de l’ImagineTour, Rob Hopkins nous a gentiment proposé de partager un moment en toute simplicité.

    L’idée de ce repas était que chaque personne fasse connaissance et puisse présenter son implication dans l’ImagineTour, parler des freins rencontrés, mais aussi et surtout partager les motivations et les idées pour l’organisation d’une rencontre physique en 2021.

    Autour de cette table virtuelle, les initiatives d’Yverdon, Fribourg et Lausanne étaient présentes. Elles étaient accompagnées par l’équipe du Réseau Transition Suisse Romande ainsi que la Fondation qui soutient le RTSR. Et bien sûr, Rob Hopkins était là pour écouter les belles expériences partagées par tous·tes et nous transmettre des Trans’histoires pouvant donner des réponses aux questions ou des inspirations pour l’organisation de sa venue en 2021. Les ingrédients de la résilience sont, par exemple, le renforcement des liens entre les personnes impliquées, notamment grâce à des moments conviviaux, et l’implication des municipalités, qu’il ne faut pas manquer de solliciter.

    Lors des échanges que nous avons eus, les thématiques suivantes ont retenu l’attention des initiatives présentes et de Rob :

    • La Transition dans le Travail Social : comment la Transition par le biais de la permaculture humaine peut-elle aider les travailleuses et travailleurs sociaux ?
    • La Transition et les Municipalités : quelle est la position des municipalités envers la Transition ? Quelle est la connexion avec les Objectifs de développement durables (ODD) des Nations Unies ? À ce propos, le Réseau Transition se forme déjà avec l’équipe des “Municipalités en Transition” !
    • L’émergence de Fondations nouvelles qui soutiennent la Transition

    2021 sera l’année de la venue de Rob Hopkins en Suisse, nous nous réjouissons de partager ce moment avec le plus grand nombre de personnes. En attendant, nous vous invitons à visionner cette vidéo tournée au Luxembourg lors de la venue Rob Hopkins en septembre 2020.

    Une conférence pour s’inspirer…

    Vous n’y étiez pas ? Vous aviez aqua-poney ou un rendez-vous galant avec votre comptable ? Votre Wi-Fi a planté après 7 minutes ? Ne vous en faites pas, la conférence a été enregistrée pour vous et vous pouvez la retrouver en intégralité ici. En plus d’y entendre Pascal « Paco » Jungo, du Fil Rouge de Fribourg, et Laure Deschaintre, d’Yverdon en Transition, vous y découvrirez une multitudes d’histoires inspirantes, d’anecdotes et de réflexions partagées par Rob Hopkins avec son enthousiasme et son optimisme contagieux. Sans oublier ses fameuses questions « Et si… ? » qui libèrent l’imagination.

    …et un atelier pour agir

    Et si… nous libérions vraiment notre imagination ? Mais alors, nous direz-vous, comment faire ? Pour tenter d’y répondre, le Réseau Transition Suisse Romande et Rob Hopkins, en partenariat avec Pain pour le Prochain, ont créé un atelier de deux jours qui a réuni 17 personnes engagées pour la Transition. Même Rob a dû faire appel à son imagination, puisqu’il animait cet atelier pour la première fois en ligne !

    Comme on dit, « de la contrainte naît l’imagination ». Un cadre autour de la page blanche. Alors pour solliciter la nôtre, on nous a demandé, en guise de premier exercice, de façonner une créature avec des patates et des cure-dents, un moyen de se rappeler que « ce qu’on fait est important, mais pas sérieux ». Quinze minutes plus tard, nous avions 17 créatures plus loufoques les unes que les autres, décorées avec divers objets du quotidien, un nom, un régime alimentaire bien spécifique et même un cri d’amour !

    À la suite de quoi, Rob nous a guidé·es dans un voyage à travers le temps : une visite du monde en 2030. Mais pas n’importe quel monde ! Un monde post-transition, dans lequel tous les objectifs pour un monde plus résilient et solidaire ont été atteints. Chacune et chacun visualise alors son futur désirable, se promenant paisiblement dans son quartier, devenu un havre de paix et de joie. Étonnamment, on n’y trouve presque jamais de voitures volantes, d’antennes 8G ou d’iPhone 17… Mais à quoi bon fantasmer, si c’est pour être déçu·e en rouvrant les yeux ? L’intérêt de cet exercice, nous dit Rob, est de construire une « mémoire du future », une sorte d’Étoile Polaire pour stimuler notre envie de construire notre utopie.

    Ces deux jours d’atelier ont été ponctués de nombreux autres exercices solitaires ou collectifs stimulants, nous amenant parfois un peu en dehors des frontières de notre zone de confort, sollicitant nos méninges autant que notre âme d’enfant parfois oubliée.

    Pour introduire et nourrir ces exercices, Rob nous régale de ses histoires de Transition, d’anecdotes, de récits de rencontres, mais aussi de résultats d’études scientifiques et de ses réflexions autour du pouvoir de l’imagination. En posant plusieurs questions commençant par « Et si…? », il ouvre la voie à d’autres possibilités nécessaires de créer, d’agir et libérer vraiment notre imagination…

    Envie d’aller plus loin ? N’hésitez pas à commander son dernier livre « Et si… on libérait notre imagination pour créer le futur que nous voulons ? » (Éd. Actes Sud) dans votre librairie indépendante !