Sélectionner une page

Les Communes en Transition, bientôt en Suisse, aussi ?

Rédigé par Sebastian Justiniano Birchler

juin 2021

Les Communes en Transition, bientôt en Suisse, aussi ?

Vous les avez peut-être déjà rencontrés dans vos lectures, vos discussions ou vous en connaissez même un rayon sur eux, ces termes de références, labels et autres outils des politiques publiques de nos communes pour la durabilité : Déclaration de l’urgence climatique, plan climat, guide pratique pour un Agenda 2030 du développement durable, cité de l’énergie, ville verte et bien d’autres encore. Je ne sais pas vous, mais il m’est souvent difficile de me retrouver dans ces nombreux documents (quand je les trouve), de comprendre ce qui se fait (ou ce qui ne se fait pas aussi), de connaître qui fait quoi et de savoir comment je peux contribuer, individuellement ou au sein d’un collectif ou d’une entreprise, à ce que ma commune devienne un TAD : un territoire à durabilité (ne googlez pas cette expression, je viens de la créer). Bref, avoir une vue d’ensemble de ce qui se passe à l’échelle de ma commune en matière de durabilité est un parcours de Jedi. Ou de Guillaume Tell pour être plus local. Et s’il en était autrement ?

Une bonne nouvelle, ou plutôt une et demie

La bonne nouvelle, c’est qu’il y a de l’action dans nos communes, quelque chose se passe, malgré ou grâce à nous, c’est selon. Certainement de manière insuffisante, peu visible (ou connue), trop lente et incohérente face aux défis (la survie de l’humanité et de millions d’espèces, rien que ça), mais ça a le mérite d’exister, comme on dit. De créer du mouvement, et qui dit mouvement dit changement. Pas convaincu·e ? Bon d’accord, ça c’était plutôt une nouvelle mi-figue, mi-raisin.

 

Alors la vraie bonne nouvelle, c’est quoi ? Elle tient en un nom : Municipalities in Transition System. Innovant et pionnier, ce système des communes en transition est déjà mis en œuvre depuis plusieurs années dans différentes localités européennes et au-delà. Véritable couteau (pas encore) suisse pour créer des changements pratiques et culturels profonds en vue de parvenir à la durabilité forte, Communes en Transition dispose de 6 fonctions complémentaires. M’étant formé comme tuteur/facilitateur de cette méthode, au côté d’une vingtaine de participant·es provenant d’Europe, d’Amérique du Sud et d’Asie, je partage avec vous quelques-unes de ses caractéristiques principales (voir la présentation complète de la méthode en anglais ici).

Agir localement, évaluer collectivement et penser… systémique !

Une grille d’analyse développée spécialement permet aux acteurs et actrices d’un territoire local (autorités de la commune, collectifs citoyens, entreprises) d’évaluer ensemble leurs actions en cours pour avoir une vision systémique de la situation actuelle. Cette vue d’ensemble sert à coconstruire et mettre en œuvre de façon conjointe des adaptations, des renforcements ou encore des nouvelles actions en matière de durabilité. En particulier, elle permet d’identifier là où l’impact et les synergies peuvent être plus grands. Ces actions sont à leur tour évaluées par un nouveau processus et ainsi de suite.

Et le précieux facteur humain ? J’y viens. Pour réaliser cet agir local et cette pensé systémique, un modèle de gouvernance spécifique a été choisi pour ses qualités d’efficacité, de résilience et d’agilité : la sociocratie 3.0. Concrètement, un groupe initial local est constitué pour formuler le projet, puis ce groupe évolue vers un groupe local de mise en œuvre plus grand et inclusif. Ces groupes bénéficient d’un tuteur/facilitateur qui les accompagne dans ces processus et dans l’utilisation de la grille d’analyse, entre autres. Une base de données avec toutes les pratiques, outils et expériences réalisés ainsi qu’une communauté de pratique relient l’expérience locale avec celles d’autres localités. Cette méthode vise donc à créer une sorte de spirale d’apprentissage, d’amélioration et d’amplification de la durabilité à l’échelle locale, dans une démarche collective et systémique. Ah ben ça, c’est pas top, alors ?

Dans nos communes, c’est pour bientôt ou bien ?

Pour le moment, aucune démarche n’a été faite auprès des communes en Suisse. La raison est simple : personne n’était encore formé aux Communes en Transition. C’est désormais chose faite. Alors peut-être que dans quelques années nous pourrons un jour chanter ensemble : « Sur nos monts, quand nos communes font et sont la transition… ». En attendant l’arrivée de ce beau jour, et si nous allions enchanter nos autorités locales pour accélérer et amplifier la Transition, par exemple en les faisant expérimenter cette méthode ?

Sebastian Justiniano Birchler, tuteur/facilitateur, Communes en Transition