What if…?

Et si… nous libérions notre imagination pour créer le futur que nous voulons ? 

Et si… le pouvoir de changer le cours des choses en profondeur était entre nos mains ? Et si… en réalité, nous avions à disposition, sans en avoir vraiment conscience, un des outils les plus puissants qui existent ? Et si… en plus, nous nous mettions ensemble pour y arriver ? 

Rob Hopkins, co-fondateur du Transition Network international (dont l’antenne suisse est le Réseau Transition Suisse Romande) nous invite à rêver en remettant l’imagination au cœur de nos vies quotidiennes. John Dewey définit l’imagination comme la possibilité de regarder les choses comme si elles pouvaient être autres. C’est cette capacité de pouvoir dire « Et si… » et d’envisager un autre monde plus en cohérence avec nos aspirations et les besoins de notre société.

En ces temps de catastrophes climatiques, de perte de biodiversité, d’insécurité alimentaire, d’appauvrissement des écosystèmes et de crises communautaires, notre futur — sans parler de notre présent — semble plutôt sombre. Pourtant, comme nous le rappelle Rob Hopkins, des changements drastiques, rapides et inattendus sont possibles, et ce pour le meilleur. Il a pu observer les améliorations en cours partout dans le monde. Des individus et des communautés ont d’ores et déjà emprunté le chemin de l’imagination.

Dans cette exploration passionnée, Rob Hopkins interroge le déclin de notre imagination et la manière dont nous pourrions lui redonner de la vigueur. Car, une fois que nous l’aurons fait, plus rien de nous résistera. Et si… ? est un appel à l’action pour libérer notre imagination collective et initier des changements rapides et profonds pour un meilleur futur.

(Rob Hopkins, « Et si… on libérait notre imagination pour créer le futur que nous voulons ? », Actes Sud, 2020)

Inspiré par ce livre et l’optimisme de son auteur, le Réseau Transition Suisse Romande soutient la transition locale en essayant d’y catalyser cet élan d’imagination. Pour cela, une conférence en ligne aura lieu le mercredi 2 décembre 2020, suivie d’un atelier de deux jours sur invitation.